Vous adorez l’avocat mais lequel choisir ?

Vedette des réseaux sociaux, symbole de la healthy food mondiale et jusque dans nos cosmétiques, l’avocat est partout ! C’est devenu un ingrédient quasi quotidien des pays occidentaux, mais alors… quel avocat choisir ?

Il est devenu tellement courant et banal que l’on s’interroge rarement sur sa provenance et sa culture mais elles ont aussi des impacts écologiques :

  • un bilan carbone non négligeable pour arriver jusqu’à nos assiettes,
  • une consommation d’eau très importante dans des régions qui en manquent,
  • la déforestation pour privilégier une culture intensive qui réponde à l’explosion de la consommation mondiale,
  • et parfois même jusqu’au déclenchement de conflits armés (au Mexique, les cartels prennent progressivement possession des cultures au détriment des petits producteurs ; dans d’autres pays les plantations illégales fleurissent…)

Alors… Faut-il boycotter l’avocat quand 40% d’entre vous l’intègrent à leur salade ?

Voici notre choix, que nous souhaitons partager avec vous :

  • vous proposer le plus possible de l’avocat frais, pendant la pleine saison (plus de saveurs et zéro conservateur) et au meilleur prix,
  • nous approvisionner en avocats espagnols (et hop bilan carbone allégé !)

Pour en savoir un peu plus sur la culture de l’avocat…

On parie avec vous qu’après cette lecture vous regarderez vos assiettes d’un autre œil !

Les avocats viennent de loin : Amérique du Sud, Afrique et pour ceux qui sont produits en Europe : Espagne, Corse et Antilles, le bilan carbone des avocats consommés en France n’est donc pas léger !

Et puis cette longue distance pour arriver jusqu’à nos assiettes nécessite qu’il soit cueilli avant maturité, emballé individuellement et transporté par bateau à une certaine température, aspergé d’éthylène (pour le faire mûrir), avant d’arriver “prêt à manger” sur nos marchés et dans nos magasins. De la cueillette à notre assiette, le périple peut durer plusieurs semaines.

L’avocat a besoin de (vraiment) beaucoup d’eau : il faut 1000 à 2000 litres d’eau pour 1 kilo d’avocat (en comparaison, 1 kilo de tomates ne nécessite que 200 litres d’eau). Les agriculteurs doivent donc irriguer massivement les cultures.

Et ce n’est pas tout… Pour répondre à la demande mondiale exponentielle, l’avocat est souvent une monoculture intensive qui implique traitements aux pesticides et déforestation massive (on vous passe les conséquences bien connues de ce type de culture sur l’environnement, la biodiversité et les populations locales).

Alors est-ce si osé de bien choisir son avocat pour lui redonner sa place initiale ?

Celle d’un délicieux aliment exotique dont la consommation doit rester saisonnière et ponctuelle. Il a certes beaucoup de bienfaits, mais on retrouve ses multiples vertus dans d’autres aliments. Par exemple, les bienfaits de l’avocat sont pratiquement les mêmes que ceux de l’huile d’olive (favorisation de la santé cardiovasculaire et prévention des risques de diabète et de cholestérol). Des arguments pour se faire l’avocat du diable, lors du prochain brunch healthy !

Envie de découvrir notre notre avocat frais d’Espagne pendant la pleine saison ? C’est par ici !